La revue de l’Orthopédie externe

S'ABONNER
Index des
auteurs
La Bibliothèque
du Journal

Accueil

Edito du Journal de l'Orthopédie numéro 71

EDITO
Le Journal de l’Orthopédie
N°82 JP LISSAC

La pandémie de COVID-19 a accéléré l’intérêt et l’utilisation de la technologie numérique dans tous les secteurs, y compris le nôtre, celui des prothèses des orthèses et de la réhabilitation. L’industrie, les sociétés de service, d’assistance et les innovateurs avaient besoin de développer de nouveaux outils numériques pour communiquer et répondre aux besoins des utilisateurs finaux pendant la pandémie mondiale.

La transformation des services manuels en services numériques a progressé au cours des dernières décennies. Les avancées technologiques au moyen de plateformes virtuelles, de méthodes de numérisation et d’une connectivité améliorée continueront de changer l’avenir de la prestation des soins de santé. La technologie numérique est désormais omniprésente, les scanners 3D, les tablettes, les ordinateurs, la conception et la fabrication assistée par ordinateur, sont parmi les outils largement utilisés et les logiciels infonuagiques apportent leur lot de nouvelles performances. Les soins virtuels, par l’utilisation de la télésanté, de la télé-rééducation et des évaluations virtuelles, contribuent avec succès à l’évaluation des appareils fonctionnels, aux services de thérapie et aux diagnostics.

ISPO International a abordé ce sujet pertinent lors du dernier Congrès mondial, dont le thème était « La transformation numérique dans un monde en évolution ». De la même manière, nous avons abordé ce sujet à plusieurs reprises dans nos rencontres francophones, et en particulier lors de notre dernier congrès ISPO-France à Lyon en novembre dernier. Les congrès facilitent l’apprentissage et l’échange d’expériences pour aider à cette transformation, permettant l’émergence de nouvelles capacités qui améliorent la vie des personnes ayant des déficits de mobilité, entre autres.

Dans le même temps, notre communauté professionnelle s’interroge régulièrement sur l’évolution de la prise en charge des Patients dans nos pratiques quotidiennes. Car, si on peut se féliciter du développement des technologies numériques pendant l’ère Covid passée, présente et sûrement à venir, notre attention n’est-elle pas détournée de la relation patient ?

Le fondement majeur de nos métiers repose sur la conjonction des savoirs, où la rencontre avec le patient reste un moment capital. Schématiquement, pour l’appareillage, celui-ci s’organisant autour de trois temps. Initial : notre capacité à analyser sa situation, évaluer ses possibilités fonctionnelles, les amplitudes articulaires, l’état musculaire, être en mesure de tirer les informations clés de la palpation, etc. Conceptuel : notre capacité à confronter les premières informations aux solutions ortho prothétiques envisageables et adaptées à la situation, savoir quelles mesures prendre, à quel niveau et comment les prendre, utiliser nos connaissances pour le moulage (qu’il soit plâtré ou numérique), comprendre les techniques de fabrications et être en mesure de choisir les composants et mécanismes à notre disposition, savoir dans quelle situation les utiliser et valider leur possibilité d’assemblage entre-eux, etc.. Validation et Clinique : notre capacité à conduire les temps d’essayage, assurer les adaptations nécessaires, vérifier les alignements, le confort, l’esthétique, réaliser une observation clinique de la marche par exemple, être en mesure d’identifier les défauts de marche et d’y apporter les correctifs, etc.

Ce long paragraphe pour réfléchir ensemble, alors qu’il existe un risque d’accorder un intérêt prépondérant aux développements techniques et technologiques, plutôt qu’au renforcement et à l’entretien de nos connaissances dans l’approche clinique du patient. En réalité, la vraie question d’avenir repose sur l’évolution de l’enseignement et notre capacité à utiliser des compétences croisées.

A l’heure où les échanges s’accélèrent, toutes les attentions doivent se préoccuper simultanément de la transformation numérique et technique de nos professions avec l’entretien et le développement des compétences professionnelles et cliniques.

Dans le même temps, le Comité International pour l’éducation de ISPO poursuit son action et contribue à la mission et à la vision d’ISPO, au travers du travail accompli au sein du Comité International pour le CPD (Continuing Professional Development) - Perfectionnement Professionnel Continu –

La stratégie du Comité pour le PPC, renforce la position unique de ISPO en tant que communauté internationale et multidisciplinaire de praticiens de premier rang. ISPO a une portée et une autorité véritablement mondiale dans un domaine hautement spécialisé. Elle adopte une perspective large des diverses disciplines concernées. En faisant des activités de Perfectionnement Professionnel Continu l’une de ses valeurs fondamentales, ISPO devra affirmer également son leadership dans les sujets que nous venons d’évoquer, et y apporter ses contributions.

En ce début d’année, voici un souhait que nous aurons à cœur de partager pour cette nouvelle année !

Mais avant de partager nos traditionnels souhaits, je vous invite à découvrir la DataBase Internationale créé par ISPO et consacrée au secteur mondial des prothèses des membres inférieurs. LEAD and COMPASS est dans les colonnes de votre JdO.

Je vous souhaite une bonne lecture de votre numéro 82 !

Toute l’équipe du Journal de l’Orthopédie se joint à moi pour vous souhaiter une belle année 2022, ainsi que nos meilleurs souhaits pour vous et vos familles !

Jean – Pierre LISSAC
Rédacteur en Chef

Lire la suite replier l'édito
Présentation et historique du JO

A l'origine...

Le premier numéro du Journal de l’Orthopédie est paru en 1998. Il s’agit d’une revue scientifique, issue des volontés de ISPO France, de l’UFOP et de l’UPODEF, dont l’objectif principal est d’être le support de communication référent pour tous les professionnels de l’environnement de l’Orthopédie.

Au travers des informations scientifiques, économiques et pratiques qu’il délivre, il constitue un véritable media fédérateur de l’environnement.

Le Journal de l’Orthopédie est élaboré par, et pour les différents acteurs de l’environnement : Chirurgiens, Médecins, Orthoprothésistes, Podo-orthésistes, Kinésithérapeutes, Ergothérapeutes, Petit-Appareilleurs, Orthésistes, Techniciens en appareillage et Biomécaniciens participent à sa conception.

  • Rédacteur en Chef et coordination éditoriale : Jean – Pierre LISSAC
  • Assistanat de Direction et coordination générale : Audrey VANNEREUX
  • Rédaction : Professeurs, Chirurgiens, Médecins, Médecins MPR, Orthoprothésistes, Podo orthésistes, Kinésithérapeutes, Ergothérapeutes, Petit-Appareilleurs, Orthésistes, Techniciens en appareillage, Biomécaniciens
  • Editorialistes : Personnalités du Monde Médical et Professionnels de Santé
  • Diffusion : Abonnement individuel ou professionnel – (Fichier 5 500 ex.)
  • Parution : Tirage trimestriel (4 numéros par an)
Lire la suite Replier
La bibliothèque du Journal de l'Orthopédie avec tous les anciens numéros pour les abonnés

La Bibliothèque
du Journal

Formulaire et modalités d'abonnement

Abonnement

Les différentes rubriques abordées dans le Journal de l'Orthopédie

  • Prothèse – prothétisation
  • Orthèse – orthétisation
  • Podo-Orthèse – Podologie
  • Chirurgie
  • Petit appareillage
  • compression veineuse
  • contentions articulaires
  • Dossiers spéciaux
  • étude de cas
  • Paralysie cérébrale
  • Amputation de membre supérieur
  • Le pied diabétique
  • publications ISPO International
  • Dossier spécial Haiti
  • Sports et Handicaps
  • Publications du T.O.I
  • En bref, nouvelles du Monde
  • Carrières et annonces
  • Agenda
  • Index des Auteurs
  • Index des publications
  • Instructions aux Auteurs